Un passage éclair sur ce blog, évidemment moins actif du fait de la fin de notre aventure.

Le sujet du jour, c'est le constat de tout ce qu'on a dû racheter, alors qu'on a gardé un tas de trucs d'avant, et qu'on en a rapportés (un tas) d'autres d'Inde.
D'où la question de l'intérêt de garder ces tas de trucs en garde-meuble durant l'expat. (garder, réceptionner, vérifier - ranger / réinstaller)

Par exemple, nous avons gardé le frigo, la machine à laver, le lave-vaisselle.

  • Le frigo a bien passé le cap du stockage : les joints ont moisi un peu, mais grâce à une astuce de ma mère qui a renversé un paquet de café moulu au fond, l'intérieur est nickel.
  • le lave-vaisselle est lui aussi en bon état, pour autant qu'on ait pu en juger ; mais là, il attend au garage, vu que la maison avait déjà un lave-vaisselle. Je préfèrerai le mettre en service à la place de celui de la maison, mais pour des histoires de dimension, ce n'est pas pratique.
  • la machine à laver fonctionne à peu près : disons qu'elle ne fuit pas, semble chauffer à la bonne température (ce qui est déjà plus que ce qu'on avait en Inde !), mais... le programme séchant est capricieux et se met en route de façon intempestive. Un peu sensible quand je lave des pulls en laine...

A terme, on devra sans doute en changer (pour la raison assez abracadabrante qu'il coûte à peine moins cher de faire réparer que d'acquérir un objet neuf et théoriquement plus fiable dans les années suivantes).

J'avais gardé également du matériel sensible d'aquariophilie : on est, peu à peu, en train de tout racheter ou presque, entre ce qui a lâché en Inde, ce qui a mal supporté le stockage, et ce qui a vieilli (tubes néons par exemple).

Entre le retour en avril et maintenant, nous avons changé 3 fois de logement (je compte l'hôtel) : rares sont les cartons restés tels quels : beaucoup ont été ouverts pour contrôle, on a récupéré dans l'un la cafetière, dans l'autre le grille-pain, et puis des assiettes mais pas toutes, et des couverts, mais pas tous, une poêle, une casserole, mais pas toutes, une ou deux rallonges, un bac à linge, etc.
Ce qui faisait des cartons à moitié plein qui prenaient une place de folie en attendant le logement définitif.

Cartons qu'on a donc optimisé en transférant des trucs d'un carton à l'autre.

Résultat ?
J'ai "perdu" un tas de trucs qui me seraient bien utiles maintenant, dont ma trousse de couture. Je ne sais pas où elle est. J'ai le choix entre retourner la maison, ou retourner (pour la Xème  fois) le garage et le reliquat de cartons (ceux marqués "matos électrique" ou "divers"--- ah, les fameux "divers" !!!--- parce qu'avec tous les transferts d'un carton à l'autre à la fin, n'importe quoi peut être n'importe où), ou... racheter (les ciseaux, le découds-vite, les bobines, les aiguilles etc). Je crois que, malheureusement, je vais racheter, c'est plus facile !!!

Ces anecdotes sont là pour faire réfléchir les futurs expats à ce qu'il faudrait

  • prendre la peine de garder (et de manipuler x fois par la suite)
  • mettre ensemble dans des cartons "kit" (par ex un carton-kit "petit déj" avec l'essentiel pour le matin en cuisine / un autre "kit cuisine" avec le minimum confortable pour préparer un repas, de l'économe à la casserole en passant par l'égouttoir / un kit des affaires d'été / d'hiver par personne pour éviter de se retrouver avec 15 cartons à ouvrir pour sortir une paire de tongs ou de bottes fourrées)
  • balancer (parce que garder = besoin de place, en garde-meuble, mais aussi dans le logement temporaire)
  • étiqueter pour faciliter le retour et la réinstallation.

Personne ne peut prévoir à votre place, mais je me souviens avoir lu de vagues conseils génériques, inutiles sur le moment puisque aucune expérience pratique pour me donner un aperçu des problèmes concrets.
Et les inciter également à prévoir un budget non négligeable pour le "rachat" de tout ce qui ne fonctionnera plus au déballage, ou lâchera rapidement dans les mois suivants...